L’évaluation (visuelle et tactile) est un aspect fondamental pour analyser la fibre,

mais elle ne permet pas d’évaluer avec précision les fibres. 

L’analyse de fibre instrumentale est un outil de marketing et de sélection génétique puissant

UNIQUEMENT lorsqu'elle est correctement utilisée.

 

L’analyse instrumentale donne la mesure des fibres avec une précision de l’ordre du dixième de micron (un millionième de mètre). 


La différence entre un échantillon en moyenne à 19,5 microns et un à 22,5 microns est très faible en termes physiques,

mais il est essentiel en terme d'utilisation commerciale (vente d’un animal ou de toison).

Etant propriétaire de filature, il était important de pouvoir analyser la fibre d’une manière fiable.

L’acquisition d’une machine OFDA2000 de dernière génération était dans la continuité de notre travail

pour faire évoluer l’élevage d’alpagas en Europe.

Plusieurs éleveurs ayant fait une double analyse, grande a été notre surprise quand le retour fut que nos résultats étaient très différents (mais toujours constants en écarts) avec les résultats d’autres laboratoires. 

Nos résultats « n’avantagent » pas les éleveurs dans les ventes d’animaux,

et même certains ont vu leur troupeau « régresser » en finesse !  


Pour offrir aux éleveurs un service fiable, il était important pour nous de comprendre ce qui engendrait de tels écarts.
Après de nombreuses recherches et plusieurs échanges avec le « créateur » de la machine OFDA, nous en avons trouvé les raisons.
Nous gardons chaque échantillon ce qui nous a permis de refaire les tests.
Il s’avère que nos résultats sont les bons (vérifiés par le fabriquant)
Aujourd’hui, il est donc nécessaire et très important de vous expliquer pourquoi de telles différences.

La machine OFDA 2000 a été « inventée » par Mark Brims.
La méthode est certifiée par l’IWTO (International Wool Textile Organisation).
Des préréglages sont rentrés dans la machine et elle doit être calibrée avec un échantillon de référence (fourni par le fabriquant) avant chaque utilisation pour vérifier son bon fonctionnement.

Selon les pays, les fibres sont différentes : plus poussiéreuses, plus « grasses »…. 
La machine applique donc un coefficient de correction qui prend en compte ces paramètres en fonction des pays pour « retirer » poussières, « gras » qui augmentent le diamètre de la fibre.
En Europe, ce coefficient est faible contrairement aux autres pays (Australie, Etats-Unis...) donc si en Europe, le coefficient de correction d’un autre pays est appliqué, les résultats d’analyse seront totalement différents. 
Par exemple, une fibre analysée avec un coefficient de correction (GCF) à 0,5 donne un micron à 20, l’analyse faite avec un coefficient à 2 donnera un micron à 18,5 , et ceci pour la même fibre !
Il est également possible de limiter le comptage des fibres grossières (par exemple, ne pas comptabiliser ce qui est au dessus de 25 microns) et dans ce cas, l’impact sur le SD est fortement notable.

Pour avoir une analyse de fibre fiable et reflétant au mieux la réalité, il est plus qu’important d’utiliser le bon coefficient de correction correspondant à la fibre et de ne pas limiter les paramètres.

Pour avoir une analyse extrêmement proche de la réelle finesse, le mieux est de faire l’analyse sur fibre lavée, séchée et sans coefficient de correction.
Mais ce mode opératoire est plus long et donc plus couteux.

Il y a quelques dizaine d’années, l’industrie du mouton a du standardiser les analyses de fibre pour éviter de tels écarts et mettre tous les élevages sur le même pieds d’égalité ; Les éleveurs, pour avantager leurs ventes d’animaux ou de toisons, préféraient aller vers les laboratoires donnant les « résultats les plus fins ».

De la même façon, chez l’alpaga pour éviter ce dysfonctionnement qui perdure depuis des années, il est temps de standardiser l’analyse de fibre en Europe, voire mondialement.

Bertrand Busin, Directeur
Filature de la Vallée des Saules
Fibre Lab and Co.

Sources :
-échanges avec Mark Brims
-« A definitive Guide to Alpaca Fibre », Cameron Holt 2014
-IWTO (International Wool Textile Organisation)

LETTRE MARC